Pierre-Paul Riquet

Pierre-Paul Riquet, baron de Bonrepos, est un fermier général des Gabelles et entrepreneur français. Homme d’affaire et de loi, il est avant tout connu pour sa construction du Canal du Midi.

Un homme riche et ambitieux

Probablement né le 29 juin 1609 à Béziers, Pierre-Paul Riquet grandit dans une famille de notables et commerçants d’origine florentine. Il fait ses études au collège jésuite de Béziers puis entreprend une formation d’ingénieur. Son père, Guillaume Riquet, procureur à Bézier siège à l’assemblée des Etats du Languedoc et le pousse à entrer dans l’administration des gabelles, l’impôt sur le sel dans les années 1630-1632. Il gravit les échelons et devient tour à tour gabelou (agent de la gabelle), grenatier, sous-fermier puis fermier, et enfin Directeur de la Ferme du Languedoc en 1678.

Riquet est un homme d’affaire. À travers sa fonction de collecteur d’impôt, il devient banquier privé et s’enrichit très vite. Il acquiert le fort de Bonrepos à quelques kilomètres de Toulouse et devient le baron ou Seigneur de Bonrepos. Il s’investit également dans nombreux projets mais n’est véritablement connu que pour son œuvre la plus grandiose : le Canal du Midi.

En 1637, Pierre-Paul Riquet se marie avec Catherine de Milhaud, avec qui il a cinq enfants : Jean-Mathias, Pierre-Paul, Catherine, Marthe et Anne Riquet.

Le projet d’une vie 

Dans son travail de collecteur, le principal souci de Pierre-Paul Riquet est l’acheminement de matériaux entre Toulouse et la méditerranée. Les routes sont en mauvais état et la création d’une voie fluviale semble prometteuse aussi bien pour le pays que pour ses affaires personnelles. Il y voit notamment un moyen de vendre et transporter plus facilement le sel.

Il élabore son projet et décide de le présenter au Roi Louis 14 et à son premier ministre, en mettant en avant son intérêt économique et stratégique. Pour cela il use de ses relations avec l’archevêque de Toulouse, Monseigneur d’Anglure de Bourlemont, lequel est président de l’état du Languedoc par intérim et un proche de Colbert. Il l’invite alors dans son château à Bonrepos et lui présente une maquette de son projet pour le Canal du Midi. Convaincu, l‘archevêque incite Colbert à rencontrer Riquet. Conquis lui aussi, il approuve avec le Roi le projet et l’état finance les études de faisabilité qui durent près de deux ans.

Les travaux débutent en 1667 alors que Pierre-Paul Riquet a 57 ans. Le budget de réalisation du canal est estimé entre 17 et 18 millions de livres de l’époque, ce qui fait de cet ouvrage le deuxième chantier du royaume après celui du château de Versailles. Pierre-Paul Riquet y investit sa fortune personnelle, près de deux millions de livres, et s’endette afin de financer la construction. Il y voit néanmoins une source d’enrichissement espérant percevoir les droits de péage du canal.

L’audace de Riquet ne fut pas seulement technique. Sa gestion des milliers d’ouvriers impliqués dans la construction du canal témoigne d’un avant-gardisme social. En effet, pour retenir et faire travailler plus vite ses 12000 employés, Pierre-Paul Riquet met en place, pour la première fois en France, une rémunération mensuelle ainsi qu’une sorte de sécurité sociale. Ainsi, les jours de pluie ou de maladie, les employés étaient tout de même payés.

Pierre-Paul Riquet décède en octobre 1680, seulement huit mois avant l’achèvement du Canal et ce sont ces fils qui prennent la relève et mènent le projet jusqu’à son terme, gravant définitivement le nom de Riquet dans l’histoire de France.

Riquet à Paraza

Le château de Paraza porte encore aujourd’hui la trace du passage de la famille Riquet en son sol. En 1620 le château reçoit le père de Pierre-Paul et durant la construction du canal du Midi, c’est Pierre-Paul lui-même qui séjournera au château afin de superviser au mieux les travaux.  Il restera plusieurs années et en remerciement de l’hospitalité qu’il a reçu, il favorise un mariage entre sa fille et le fils de la propriétaire du Château, le Seigneur de Jougla. Il fait également construire une enfilade de sept terrasses descendant jusqu’au canal du Midi où y furent aménagés de magnifiques jardins suspendus.

Aujourd’hui, grâce au  souffle apporté par la Famille Danglas, le château offre à ses visiteurs non seulement la possibilité de marcher dans les pas de l’ingénieur mais également de dormir dans ses draps !  La suite de Riquet et quatre autres chambres d’hôtes sont également disponibles et à découvrir par ici.